2020-09-22

Vital Kamerhe, absent à l'audience de son procès en appel

Après plusieurs audiences reportées, le procès en appel de Vital Kamerhe, figure centrale des redoutables jeux du pouvoir en République dé- mocratique du Congo, a véri- tablement commencé ven- dredi, en son absence pour des raisons de santé, a-t-on appris auprès de son avocat. Homme de confiance de deux présidents successifs, M. Kamerhe, 61 ans, a été condamné à 20 ans de prison en juin avec l'entrepreneur li- banais Jammal Samih, égale- ment absent vendredi, pour le détournement d'environ 50 mil- lions de dollars d'argent pu- blic. " Le tribunal a entendu les motifs d'appel de toutes les parties y compris le parquet, en l'absence de Vital Kamerhe et de Jammal Samih. Tous les deux sont malades ", a dé- claré à l'AFP Me Jean-Marie Kabengela. " La prochaine audience est fixée au 2 octo- bre ", a-t-il ajouté. Avant la fin de l'audience qui se déroulait à la prison de Makala, l'avocat a précisé à l'AFP avoir déposé une de- mande de liberté provisoire pour M. Kamerhe. Plusieurs demandes ont déjà été reje- tées depuis l'interpellation début avril de M. Kamerhe, 61 ans, ancien président de l'As- semblée nationale congo- laise. Le 24 août, son parti l'Union pour la nation congolaise (UNC) avait annoncé son évacuation de la prison pour suivre des soins dans un hô- pital de Kinshasa, après une dégradation de son état de santé. Son coaccusé Jammal Samih, 79 ans, a lui été " ad- mis au centre médical de la prison de Makala, en atten- dant son évacuation vers un hôpital approprié ", a déclaré à l'AFP un proche qui n'a pas voulu être cité. Nommé directeur du cabi- net du chef de l'État en jan- vier 2019, Vital Kamerhe clame son innocence. Ses avocats dénoncent une " jus- tice expéditive " et ses parti- sans évoquent un " procès politique " pour l'empêcher de se présenter à la présiden- tielle de 2023.


2020-09-22

Des check-points pour traquer les taxis- ravisseurs de femmes

Les barrages policiers noc turnes ont refait leur appa- rition à Kinshasa pour traquer des taxis accusés d'enlever, de violenter et de rançonner des passagères sans défense. A la nuit tombée dans la capi- tale de la République démo- cratique du Congo (RDC), les policiers provoquent avec leurs check-points des em- bouteillages plus importants que d'habitude. Leur opération " Road- block " laisse passer les vé- hicules ordinaires et n'arrête que les taxis, reconnaissables à leur couleur jaune, sommés de se garer sur le côté et d'ouvrir leur coffre. Objectif : traquer des ravis- seurs déguisés en chauffeur de taxis et leurs complices, parfois des faux passagers. Ce mode d'enlèvement est une peur ancienne à Kinshasa. Le phénomène aurait récem- ment pris de l'ampleur, d'après la police. " Avant, il y avait enlève- ment simple, on dépouillait la victime puis on l'abandonnait. Mais cette fois-ci, ils com- mencent à demander une ran- çon à la famille ", a indiqué mardi le chef des opérations de la police nationale, le co- lonel Miguel Bagaya, à la presse congolaise. En dépit de la gêne occa- sionnée dans les déplace- ments de la population, " ces embouteillages sont bénéfi- ques " pour ralentir " la mobi- lité des criminels ", a-t-il as- suré. L'opération a permis de di- minuer les cas d'enlèvements, de 7 à 8 par jour à un seul voire aucun, selon lui. Des chiffres qu'il n'était pas possi- ble de vérifier de manière in- dépendante. Un collectif féministe JeDénonce s'était emporté " avec la dernière énergie " con- tre " les enlèvements de fem- mes, de jeunes filles et de jeu- nes garçons ". Il avait tenté d'organiser une marche qui a tourné court le 12 septembre. " Nous nous sommes en- gagées pour que ce qui nous est arrivé ne puisse pas arri- ver aux autres ", affirme une militante, Brigitte Sharadi, qui affirme avoir été enlevée. En juin 2018, la police avait déjà sommé les chauffeurs de taxis de repeindre leurs voitu- res en jaune pour les distin- guer dans le flot du trafic rou- tier. Les barrages routiers appa- raissent en général en période de tensions politiques, comme à la veille des élec- tions de décembre 2018. Aux premiers mois de la pandémie de Covid-19, entre avril et juin, la commune résidentielle de la Gombe a été isolée du reste de la ville par des check-points qui filtraient les entrées et les sorties. Les autorités redoutent une hausse de l'insécurité à Kins- hasa, dont les habitants sont hantés par la présence des " Shégué " (enfants des rues) et de " Kulunas " (bandes de jeunes hors-la-loi).


2020-09-22

La MONUSCO va remettre l'extension du site des personnes déplacées de Kigonze

La MONUSCO va remettre jeudi 17 septembre va pro- céder à la remise officielle de l'extension du site des person- nes déplacées de Kigonze, un quartier de Bunia, indique le compte rendu de la conférence des Nations unies de ce mer- credi 16 septembre. A la suite de récentes at- taques de différents groupes armés à travers l'Ituri, plus de 10,000 personnes, dont de nombreux femmes et enfants, sont venues s'ajouter aux per- sonnes qui vivaient déjà dans ce camp de déplacés. A la demande de certains partenaires humanitaires et des autorités, la MONUSCO a procédé, avec l'aide de son génie militaire népalais, à l'ex- tension de ce site sur une sur- face de 7 hectares. Parmi les travaux réalisés par les casques bleus népa- lais, l'on peut noter la construction d'une nouvelle route intérieure de 250 m de long et 12 m de large sur le site, la réhabilitation d'une route d'ac- cès de 600 m au site, la coupe et l'enlèvement d'arbres, de racines d'arbres et de végéta- tion dans la zone du site, le nivellement et le compactage du terrain, l'excavation de 50 fosses septiques, l'excavation des tranchées de drainage et le cambrage de la zone pour évacuer les eaux de pluie. Les Casques bleus bangla- dais remettront en outre le mêmejeudi  des kits pour en- fants à l'orphelinat de Mudzipela à Bunia, compre- nant plusieurs articles de cui- sine, de la literie, des produits de nettoyage, de blanchisse- rie et d'hygiène. Cet orpheli- nat héberge plus de 100 en- fants (de 3 mois à 3 ans) or- phelins suite à la crise de Djugu.


2020-09-22

Gouvernance de la BCC, transparence dans les mines, Budget réaliste : trois conditions pour accéder aux crédits

Le Président de la Républi que, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a informé les ministres réunis en Conseil, le week-end dernier,  des re- commandations de la Directrice Générale du Fonds monétaire international (FMI),  sur les ré- formes indispensables que la RDC doit opérer pour l'accès aux facilités élargies des crédits de cette institution de Bretton Woods. Selon le porte-parole du gou- vernement, ministre d'Etat, mi- nistre de la Communication et Médias,  David-Jolino Makelele, qui l'a indiqué dans son compte-rendu le week-end, il s'agit de la gouvernance de la Banque Centrale du Congo (BCC), de la transparence dans le secteur des Mines  et de la présentation d'un budget réa- liste. A l'initiative du Chef de l'Etat qui présidait cette réunion en vi- déoconférence , la 49ème du Conseil des ministres, le Pre- mier ministre a été chargé de s'assurer que les initiatives pri- ses par les Institutions et les mi- nistères sectoriels concernés concourent à la réalisation de l'objectif susvisé. La RDC et le FMI, rappelle-t- on, ont convenu  de renouer leur coopération, à l'issue de l'entretien que le Chef de l'Etat, Félix Tshisekedi a eu, le 5 avril 2019, à Washington DC, avec l'ex patronne du FMI, Christine Lagarde. L'audit de l'économie de la RDC était le préalable censé conditionner le reste du processus. Il sied également de rappe- ler que le FMI avait  arrêté sa coopération  avec la RDC de- puis 2012 à cause de l'opacité dans la gestion des ressources naturelles. Le FMI est une des institu- tions financières les plus im- portantes au niveau mondial, qui a pour mission d'encoura- ger la stabilité financière et la coopération économique, de produire des statistiques et étu- des  ainsi que de prêter des fonds en contrepartie de réfor- mes aux pays en crise. De façon à assurer la stabi- lité financière, le FMI peut ac- corder des prêts aux pays con- naissant des difficultés, notam- ment une crise de la dette pu- blique et (ou) une crise de change. Le gouvernement ap- prouve le  Plan stratégique 2020-2022 du ministère de la Pêche et Elevage Les ministres réunis en Con- seil ont également approuvé le Plan stratégique 2020-2022 du ministère de la Pêche et Ele- vage, proposé par le ministre de tutelle, Jonathan Bialosuka Wata, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Jolino Makelele. Selon le ministre Jonathan Bialosuka, ce plan s'inscrit dans la logique de doter son minis- tère d'un document qui servira à la fois d'orientation et de lobbying dans les trois secteurs, à savoir : la pêche, l'élevage et l'aquaculture pour les 3 (trois) prochaines années, soit de 2020 à 2022. Le plan stratégique est censé être un instrument de plaidoyer, de mobilisation des ressources et d'orientation stra- tégique dans les domaines de pêche, élevage et aquaculture pour l'ensemble de la RDC. Pour le ministre, l'adoption de ce plan permettra sa diffu- sion et sa vulgarisation auprès des partenaires techniques et financiers (PTF) et des opéra- teurs économiques qui veulent investir dans les domaines de pêche, élevage et aquaculture et  permettra également la ré- solution du problème de la di- versification de l'économie na- tionale, de la crise alimentaire et nutritionnelle. Son élaboration, a-t-il pré- cisé, a suivi un certain nombre d'étapes dont  l'organisation du 11 au 14 décembre 2020, d'une formation nationale sur la pê- che, l'élevage et l'aquaculture, qui a réuni plus de 22 délégués venus de 26 provinces. A l'issue de cette formation, il a été recommandé l'élabora- tion du Plan stratégique 2020- 2022, le cadre opérationnel du ministère de Pêche et Elevage 2020-2022 et le plan d'urgence du Programme Multisectoriel d'Urgence d'Atténuation des Impacts de la COVID-19 RDC (PMUAIC -19) du ministère de Pêche et Elevage.


2020-09-22

Le Chef d'Etat-major général des Fardc à Goma pour une mission d'inspection des troupes

Le chef d'État-major général des Forces armées de la République Démocratique du Congo, le général Célestin Mbala, séjourne dans la ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu depuis vendredi où il est en mission d'inspection des troupes dé- butée à Bunia dans la province de l'Ituri. Le chef d'Etat-major général des FARDC a été accueilli à l'aéroport in- ternational de Goma, par le Comman- dant de la 34e Région militaire. Dans une interview à la presse, il dit être dans la partie Est du pays pour une mission d'inspection de comman- dement de l'armée régulière,  dont l'objectif est de s'imprégner du com- portement des militaires vis-à-vis de la population. Le porte-parole des FARDC, Géné- ral Léon Richard Kasonga, a qualifié de satisfaisant le travail qui a été et qui continue d'être abattu par les hom- mes de troupes. " Les faits sont là, la situation est sous contrôle. A Beni, l'activité a totalement re- pris partout, les constructions ainsi que l'activité économique reprennent. L'axe Beni-Kamango est désormais rouvert au trafic, d'ailleurs le génie militaire est en train de faire le travail au niveau de Mbau en direction de Nobili vers la frontière Ougandaise. A Pinga, vous dites qu'il y a la recon- quête des groupes armés ça c'est vous qui le dites mais moi je vous dis que l'armée y mène des opérations de rigueur. A Bunia, vous avez posé la question, il y a eu ce qu'il y a eu mais aujourd'hui la situation est aussi sous contrôle,bref tout est en règle et donc le chef d'Etat-major général est trèssatisfait", a indiqué le Général Léon Kasonga, porte-parole des FARDC.


2020-09-22

Garry Sakata annonce le vote pour bientôt d'une loi contre le tribalisme

Le député national, Garry Sakata, rebondit avec une nouvelle propo- sition de loi qu'il aurait déjà déposée au bureau de l'Assemblée Nationale. Celle-ci porterait sur la lutte contre le tribalisme. Au regard de l'étendue que ce mal prend chaque jour en RDC, ce député du PALU n'a pas voulu se taire. Il a pris son courage en mains pour s'attaquer à la racine du mal par une proposition de loi. Selon cet élu de la circonscription électorale de Bagata, une lecture ra- pide du texte fait état d'importantes innovations allant de l'insertion de l'in- fraction d'outrage à la tribu, d'abus de pouvoir tribal par l'interdiction de nom- mer désormais un ressortissant de sa province comme directeur de cabinet à tous les postes politiques, la dis- solution de toutes les associations à caractère tribal, la création d'un orga- nisme chargé de l'éducation anti-dis- crimination, etc. Voilà le type de loi à caractère so- cial attendu par le peuple a indiqué Garry Sakata. Reconnu comme un brillant juriste formé à l'Université ca- tholique de Louvain, Garry Sakata, est aussi un excellent pédagogue et communicateur, selon les étudiants de diverses universités où il enseigne. Très modeste et accessible, ce dé- puté tente par cette loi de répondre à la récurrente question de tribalisme qui défraie la chronique au niveau na- tional. Cette proposition revêt une im- portance capitale pour cette session parlementaire qui se veut néanmoins budgétaire. Il reviendra à la plénière de saisir cette occasion pour anéan- tir ce fléau et cimenter la cohésion na- tionale.


2020-09-22

Des jeunes réfléchissent sur le thème "Façonner la paix ensemble''

Au moins cinquante jeunes réunis sous le thème "Fa- çonner la paix ensemble'' ont célébré ce lundi 21 septembre à Goma, la journée internatio- nale de la paix. Au cours de cette manifesta- tion, ils ont lancé des messages sur la paix à travers des poè- mes, des déclarations et autres activités culturelles. Parmi les messages adres- sés aux autorités, on peut noter celui ayant trait au retour de la paix au Nord et Sud-Kivu, en Ituri et partout en RDC. " Nous sommes ici pour cé- lébrer la journée internationale de la paix avec nos amis mem- bre de Roots and Shoots. On peut dire ici au Nord-Kivu qu'on n'a pas la paix parce qu'on voit un peu partout des massacres, des tueries et toutes sortes de violences. Donc nous sommes là pour demander que tous ces tueries et violences puissent s'arrêter ", a plaidé Laetitia Mathe Kahindo, l'une des par- ticipantes à cet atelier.


2020-09-22

Le gouverneur Gentiny Ngobila félicite les nouveaux leaders de l'Armée du Salut/RDC

Le gouverneur de la ville de Kins hasa, Gentiny Ngobila Mbaka, a, au nom de la population kinoise, féli- cité le couple les Colonels Daniel et Arschette Moukoko, nouveaux Lea- ders de l'Eglise l'Armée du Salut en RDC, pour leur nomination en qualité de responsable de cette Eglise à Kinshasa, au cours de la cérémonie de leur installation organisée diman- che, au siège national de cette con- fession religieuse sur l'avenue Kasai dans la commune de Barumbu, à Kinshasa. Dans son mot de circonstance, le gouverneur de Kinshasa a reconnu le travail que l'Eglise Armée du Salut abat pour le bien-être de la popula- tion kinoise, en particulier et celle de la RDC en générale, notamment sa contribution dans le développement du pays à travers ses œuvres socia- les, par la construction des écoles, hôpitaux, centres de santé, paroisses et autres. C'est le cas de sa polycli- nique qui soigne gratuitement les per- sonnes souffrant de la maladie de dia- bète, a-t-il dit. Il a émis le vœu de voir le gouver- nement soutenir les actions salutis- tes initiées par cette Eglise. C'est dans ce cadre que le gouverneur de la ville de Kinshasa a remis aux nou- veaux responsables de l'Eglise l'Armée du Salut/Kinshasa, une somme de 50.000 dollars américains, contribu- tion de l'exécutif provincial, aux tra- vaux de construction  de l'Eglise de l'Armée du Salut en construction au siège national de cette Eglise situé sur l'avenue Kasai dans la commune de Barumbu. L'exécutif provincial s'engage à réhabiliter l'avenue Kasai Par ailleurs, le gouverneur Gentiny Ngobila a profité de cette occasion, pour annoncer que son gouvernement, à travers le ministre provincial des In- frastructures, s'engage à réhabiliter l'avenue Kasai en état de délabrement avancé. Cette avenue constitue une voie importante qui permet aux fidè- les salutistes l'accès facile à l'Eglise de l'Armée du Salut et les autres usa- gers de cette route. Les responsables et les fidèles de cette Eglise ont rendu grâce à Dieu pour la présence des autorités pro- vinciales et autres notabilités de la province de Kinshasa. Toute l'Eglise a chanté et remercié Dieu pour avoir accordé une année de plus au gou- verneur et à qui,  ils ont souhaité lon- gue vie.


01 02 03 04 05 06 07