2020-07-02

JANVIER MIRINDI KALALA TUÉ ET SA VOITURE EMPORTÉE PAR DES HOMMES ARMÉS

La soirée a été très agitée dimanche 28 juin dernier au Quartier Dumez dans la commune de Mont Ngalula où des bandits armés ont assassiné un conducteur de taxi.  Selon des témoignages,  Janvier Mirindi Kalala  desservait vers 19 heures sur le tronçon  UPN-Cité Verte quand il a pris sans le savoir des criminels à bord de voiture Ketch IST, juste après l’Université Panafricaine. Ces bandits l’ont entrainé dans une ruelle où ils l’ont criblé de deux balles à la jambe et à l’épaule gauche avant de s’enfuir avec sa voiture. Alertés par la clameur publique, la police est arrivée sur les lieux à 20 heures 20' constater l’irréparable. L’officier de police judiciaire Michel Mbala a ordonné la levée du corps pour l’hôpital Mama Yemo mais  Janvier Mirindi Kalala est succombé en route des suites d’une forte hémorragie. La famille inconsolable a porté plainte contre inconnus à la police pour traquer les malfaiteurs. Janvier Mirindi, 37 ans, travaillait dans un projet de la Regideso mais à la fin de contrat, il a acheté  une voiture Ketch IST pour assurer sa survie et celle de sa petite famille.  Il laisse derrière lui une veuve et trois orphelins dont une fillette de 3 ans et deux jumeaux de 8 mois.  Ses proches espèrent en la détermination et  l’implication de la police pour retrouver les criminels et recupérer la voiture volée.  En ces temps de crise liée au Covid-19, il est plus qu’urgent que l’autorité urbaine renforce la Sécurité des personnes et de leurs biens surtout dans les zones périurbaines. Ci-desous les images du crime, la requisition à expert  legiste et le procès verbal  établis par l’OPJ Michel Mbala du Sous commissariat Cité Verte. Nous y reviendrons.


2020-07-02

Revaloriser les Institutions d’appui à la démocratie

La République Démocrati- que du Congo dispose de deux catégories d’Institutions, à sa- voir : Institutions politiques et Institutions d’appui à la démo- cratie. Les quatre Institutions politiques sont : le Président de la République ; le Parlement (l’Assemblé nationale et le Sé- nat) ; le Gouvernement ; les Cours et Tribunaux. Pour ce qui est des Institu- tions d’appui à la démocratie, la République en compte à ce jour trois : la Commission Elec- torale Nationale Indépendante (CENI) ; le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Com- munication (CSAC) ; la Com- mission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH). A cette liste, l’on pourrait ajouter trois autres Institutions bien que beaucoup les jugent plutôt politiques. Il s’agit de : CNSA, le Comité national du suivi des accords issus du dia- logue national tenu en 2017 ; CES, le Conseil économique et social, et la prochaine Agence de prévention et de lutte contre la corruption (APNC). Les ressources financières de chacune de ces différentes Institutions sont constituées d’une dotation émergeant au budget de l’Etat, dotation com- prenant la rémunération, le fonc- tionnement et l’investissement. Cependant, sur le plan prati- que, la réalité est tout autre. En effet, chaque année, une bonne partie du budget national est consommée par les quatre Insti- tutions politiques. Ainsi, leurs ré- munérations et frais de fonction- nement sont régulièrement revus à la hausse alors que les dota- tions des Institutions d’appui à la démocratie ne cessent de décroitre scandaleusement. L’une de ces Institutions po- litique a même vu sa dotation multipliées par six dans le bud- get 2020. Une autre Institution similaire réclame une augmen- tation salariale d’au moins cin- quante pour cent dans le même budget. Ces deux exemples sont éloquents. Quelles sont les conséquen- ces de cette boulimie ? Toutes les Institutions d’appui à la dé- mocratie sont astreintes à un « service minimum ». Certai- nes d’entre elles sont dans cette situation depuis plusieurs années. D’autres connaissent une dizaine d’années de salai- res impayés pour leurs bureaux de représentation en provin- ces, des bureaux pratiquement réduits au silence comme ceux du CSAC notamment. Il est temps que cesse cette discrimination envers les Insti- tutions d’appui à la démocra- tie. Le Président de la Républi- que doit « revaloriser » ces Ins- titutions dont il a besoin pour réaliser son programme d’édi- fication d’un Etat de droit.


2020-07-02

25 de 38 députés provinciaux exigent la démission de leur président

Vingt-cinq députés provin- ciaux, sur les trente-huit que compte l'assemblée du Kongo- Central, retirent leur confiance au président de cette institu- tion, Pierre-Anatole Matusila. Dans une déclaration faite le mercredi 1er juillet devant le bâtiment abritant l'organe déli- bérant du Kongo-Central, ces parlementaires accusent leur président de mener un lea- dership conflictuel, de mau- vaise gestion et d'absence pro- longée sans justification. Il est également reproché à Pierre-Anatle Matusila " le dé- tournement des émoluments de certains collègues députés pro- vinciaux, des violations à répé- tition du règlement intérieur, le disfonctionnement de l'assem- blée par son absence prolon- gée et injustifiée de la province et la confiscation des attribu- tions des organes règlementairement prévues et de certains membres du bureau, l'éthique douteuse ", note le rap- porteur adjoint, Billy Ntunga. Ces députés provinciaux lui demandent de démissionner dans un bref délai et menacent de recourir à toutes les voies lé- gales pour obtenir sa déchéance.


2020-07-02

Un prêtre décrit son expérience avec les patients COVID-19

Grzegorz Draus n'est pas un astronaute, bien qu'il puisse en ressembler à un, ni un pilote d'une sorte de vaisseau spatial spécial, mais il fait partie d'une mission très spéciale. Les me- sures de protection et de sé- curité sont énormes, il doit por- ter un type d'équipement de protection très spécifique qui comprend pas moins de 14 ar- ticles différents. Il n'est pas le seul obligé d'utiliser cet équi- pement; tous ceux qui partici- pent à cette mission doivent le faire. L'objectif: prendre soin du corps et de l'âme des pa- tients COVID-19 dans un hôpi- tal spécial de la ville de Lviv en Ukraine. Dans les couloirs de l'hôpi- tal, il y a beaucoup d'autres personnes dévouées à la même cause, habillées comme lui en masque facial, lunettes de protection, salopette, gants et combinaison de chaudière. Grzegorz, il est reconnaissable car il porte un élément supplé- mentaire dans son équipement qui le distingue des autres, à savoir son étole sacerdotale. Grzegorz Draus est en fait le père Grzegorz, un prêtre ca- tholique polonais de Lublin, qui exerce depuis neuf ans son mi- nistère à Lviv, l'un des centres culturels et scientifiques les plus importants d'Ukraine. Dans la région de Lviv, il y a plus de 3000 personnes infec- tées et 700 d'entre elles à l'hô- pital, tandis que près de 100 sont mortes à ce jour de l'épi- démie de coronavirus. Ici, de- puis le début de la pandémie, il rend visite aux patients COVID-19 à l'hôpital deux fois par semaine. "Malheureuse- ment, en raison de mes autres travaux pastoraux, il m'est im- possible de visiter plus sou- vent", explique-t-il tristement. Cette longue bande de tissu que le prêtre place autour de son cou est quelque chose de si normal pour de nombreux catholiques qu'elle passe par- fois presque inaperçue, mais à des moments exceptionnels tels que ceux-ci, l'étole sacerdotale symbolise très puissamment la vocation du prêtre - celle d'un pasteur qui , si nécessaire, est prêt à porter ses brebis sur ses épaules, et un guide conduisant les âmes à la vie éternelle. La maladie est partout "Je passe huit heures à l'inté- rieur de cet" uniforme ", com- posé de 13 articles différents. Quand je vais d'un hôpital à un autre, je dois changer une par- tie de l'équipement et me désin- fecter avec un type spécial de li- quide ", explique-t-il, s'exprimant dans une interview à la charité pastorale catholique internatio- nale et à la fondation pontificale Aid to the Church in Need (ACN International) . Dans l'hôpital où travaille le père Grzegorz, toute personne travaillant avec des patients COVID-19 doit se soumettre à des mesures de sécurité extrê- mes. "Dans d'autres hôpitaux, il y a de nombreux cas de trans- mission du virus, même chez les médecins, car ils ne prennent pas autant de mesures de sécu- rité. Mais nous ne pouvons pas baisser la garde car la maladie est partout. J'en ai eu la preuve à deux reprises et grâce à Dieu, je vais toujours bien. " "Pour moi, la partie la plus dif- ficile est de devoir travailler mal- gré l'humidité et la transpiration car tout se brouille et il est pres- que impossible de voir quoi que ce soit. Je ne peux pas imaginer comment les infirmiè- res peuvent réussir à travailler dans de telles conditions; c'est loin d'être facile. Mais ils doi- vent néanmoins faire leur tra- vail, par exemple en faisant des injections ", explique le père Grzegorz. Chaque jour un petit miracle Lui aussi fait son travail, ce qui n'est pas facile non plus. "Je visite chaque pièce, je les bénis, je leur parle et j'essaie de leur annoncer de bonnes nouvelles. Je parle de l'amour de Dieu. Je ne souffre pas de la maladie… Dieu sait que ce serait assez difficile pour moi. Les patients ont une foi solide. Je leur ai dit que Jésus-Christ est très proche d'eux dans leurs souffrances, car Lui aussi a souffert des mêmes symptô- mes que ceux qui luttent con- tre cette maladie car Lui aussi a eu du mal à respirer… " En plus de leurs souffrances physiques, "la chose la plus dif- ficile pour les patients à l'hôpi- tal est les conséquences de la maladie et les problèmes qu'elle entraîne pour les autres - l'hospitalisation et l'isole- ment. Certains d'entre eux peu- vent même se sentir coupables et se blâmer. " Afin de les fortifier spirituel- lement, le Père Grzegorz en- tend les confessions de ceux qui le demandent et leur distri- bue la Sainte Communion. En raison des réglementations sa- nitaires, il ne peut consommer aucun des hôtes consacrés res- tants, ni les conserver ni les sau- vegarder de quelque manière que ce soit. "Mais chaque jour, je fais un petit miracle, car le nombre de personnes recevant la Sainte Communion est exac- tement égal au nombre d'hôtes que j'emmène avec moi", dit-il à ACN. La fascination du sacerdoce Le père Grzegorz n'aurait ja- mais pu imaginer que son mi- nistère l'aurait amené à cette si- tuation, mais il a toujours été très clair que suivre l'appel de Dieu au sacerdoce serait une activité pleine de fascination. "Dieu n'a pas besoin de votre sacrifice, mais de votre amour", lui avait déjà répondu un ami lorsque, adolescent, Grzegorz lui avait dit "qu'il voulait se sa- crifier pour servir les pauvres". Au cours des près de 25 an- nées qu'il a passées depuis lors, aimant les pauvres et les nécessiteux, ce prêtre polonais n'a jamais "un seul jour" regretté son ordination. La seule chose qu'il désire est de suivre l'exem- ple de sainte Thérèse de Cal- cutta, "qui ne dormait que qua- tre ou cinq heures par jour parce qu'elle était pleine de zèle pour son travail et aimait ce qu'elle faisait. Moi aussi, je veux aimer ce que je fais de la même ma- nière, jusqu'au bout. " En soutenant le service héroï- que des prêtres et religieux ukrainiens pendant la pandé- mie, ACN International a fourni l'équipement de protection né- cessaire - y compris des mas- ques faciaux, des gants, des antiseptiques, etc. - à 3478 prê- tres, 92 séminaristes et environ un millier de membres des com- munautés religieuses , pour leur propre protection et pour empê- cher la propagation de la mala- die .


2020-07-02

Il y a 20 ans, des Bleus au zénith gagnaient l'Euro 2000

Le 2 juillet 2000, l'équipe de France de football remportait le Championnat d'Europe des na- tions (Euro) pour la deuxième fois de son histoire, après celui de 1984. Ce sacre à l'Euro 2000, deux années après la victoire en Coupe du monde 1998, a été l'apogée des Bleus et du foot français. L'équipe de France de football qui a remporté l'Euro 2000 n'est peut-être pas la sélection natio- nale la plus forte de tous les temps. Mais elle fait assurément candidate au titre de meilleure équipe française de l'histoire des Bleus. Devant celle menée par Mi- chel Platini et qui a notamment gagné l'Euro 1984, le premier tro- phée majeur du foot français. Et devant celle des récents cham- pions du monde 2018, entraînés par Didier Deschamps. Parce que Zinédine Zidane et compagnie sont les seuls les Bleus à avoir réussi le doublé Coupe du monde (1998)-Euro (2000). Mais aussi parce qu'ils ont affiché du- rant ce Championnat d'Europe des nations co-organisé par la Belgi- que et les Pays-Bas une plénitude et une force rarement vues. La patte de Roger Lemerre La qualification pour l'Euro 2000 n'a pourtant pas été aisée. L'équipe de France est désormais dirigée par Roger Lemerre, l'ex- adjoint d'Aimé Jacquet. Elle com- mence les éliminatoires par un nul 1-1 en Islande. Suivront d'autres résultats fâcheux : nul 0-0 à do- micile face à l'Ukraine, défaite 3- 2 à Saint-Denis face aux Russes, succès étriqué 1-0 en Andorre… C'est lors de l'ultime journée que les champions du monde décro- chent leur billet, grâce à un suc- cès 3-2 face à l'Islande et à un nul 1-1 entre la Russie et l'Ukraine. Roger Lemerre tente depuis des mois d'imposer son style, un football résolument plus offensif que celui prôné par son ex-men- tor, Jacquet. Malgré l'euphorie de 1998, supporters et médias com- mencent à s'interroger. D'autant que les Français ont été versés, lors du tirage au sort de l'Euro 2000, dans un groupe D très re- levé, avec les Pays-Bas, la Répu- blique tchèque et le Danemark. Fans et journalistes vont toutefois être vite rassurés. Maîtrise et puissance Pour leur début dans le tour- noi, les Français étrillent les Da- nois, 3-0. Ils battent ensuite de redoutables Tchèques, 2-1. Déjà qualifiés pour les quarts de finale, les Tricolores s'offrent le luxe d'aligner une équipe bis face aux Néerlandais, de Bernard Lama dans la cage à David Trézéguet en pointe, en passant par Johan Micoud à la baguette. Des erre- ments défensifs offrent certes un succès 3-2 aux Oranjes. Mais, même avec ses remplaçants, l'équipe de France a affiché du ta- lent et de la puissance. Et elle a permis à ses titulaires indiscuta- bles, comme Laurent Blanc, Des- champs, Zidane et Thierry Henry, de souffler. Cette stratégie s'avère fort utile. Car en finissant 2e du groupe D, les Bleus se retrouvent en revanche contraints d'affron- ter des adversaires redoutables. À commencer par une Espagne en reconstruction après l'élimina- tion au premier tour du Mondial 1998. Un coup franc magistral de Zidane et une frappe puissante de Youri Djorkaeff permettent d'écar- ter 2-1 la Roja de Pep Guardiola et de Raul. En demi-finale, en- suite, il faut également une bonne dose de réalisme pour sortir le Portugal, sur le même score. L'af- faire se règle, cette fois, en pro- longations et avec un penalty de Zidane. Les Portugais crieront au scandale, malgré une main dans sa surface de séparation du dé- fenseur Abel Xavier. Réalisme et culot En finale, la sélection française retrouve son séduisant homolo- gue italien. En 1998, elle avait écarté l'Italie aux tirs au but, en quart du Mondial, à l'issue d'un match glaçant de maîtrise. Ce 2 juillet 2000 à Rotterdam, c'est la Squadra Azzura coachée par le lé- gendaire Dino Zoff qui domine les débats. Elle ouvre logiquement le score à la 55e minute, suite à une reprise à bout portant de Marco Delvecchio. Les Bleus tentent vai- nement de revenir et se heurtent à une Nazionale parfaitement en place, dans un schéma en 3-5-2. La fin du temps réglementaire approche et le banc de touche ita- l ien commence déjà à célébrer son deuxième sacre dans cette compé- tition, après celui de 1968. Mais, durant les arrêts de jeu, sur un long dégagement de Fabien Barthez, David Trezeguet, entré en jeu peu avant, dévie le bal lon vers un Syl- vain Wi ltord lui aussi remplaçant au coup d'envoi. L'attaquant décoche une frappe croisée depuis la gau- che. Bien que ce tir ne soit pas im- parable, le gardien adverse Francesco Toldo freine seulement la course du ballon : 1-1 (90e+3). Wi ltord agite son doigt en guise de " Non, ce n'est pas fini ". Les Ita- liens, eux, ne s'en remettront pas. Lessivés, i ls souffrent en prolonga- tions. À la 103e minute, Robert Pirès, également entré en jeu en seconde période, laisse sur place Demetrio Albertini puis Fabio Cannavoro, sur l 'ai le gauche. Il cen- tre en retrait vers Trézéguet. La suite est connue : l'avant-centre inscrit le " but en or " d'une superbe reprise de demi-volée : 2-1, score final. La France est championne d'Europe. Au zénith, avant le naufrage Douleur dans le camp italien. Les Transalpins prendront cependant leur revanche, six ans plus tard, en finale de la Coupe du monde 2006. Les Bleus, eux, entrent dans la lé- gende en réal isant un doublé Mon- dial-Euro que seuls les Allemands (RFA) avaient déjà réussi (Euro 1972-Mondial 1974). Le football français est alors au firmament. Il peut se vanter de la qualité de sa formation, qui produit des joueurs aussi athlétiques que solides tactiquement et techniquement. Au zénith, les Tricolores s'offri- ront encore une coupette, en 2001, avec la Coupe des Confédérations, malgré les retraites internationales de Blanc et Deschamps. Puis, ce sera le naufrage, en 2002. Les champions du monde et d'Europe en titre aborderont le Mondial au Japon et en Corée du Sud, en roue l ibre, Roger Lemerre étant dépassé par les événements. Starifiés et désunis, ils seront éjectés dès le premier tour du tournoi, avec zéro victoire et zéro but marqué. Ils se- ront notamment surpris en match d'ouverture par une talentueuse équipe du Sénégal…


2020-07-02

Bestine Kazadi remplace Gabriel

Bestine Kazadi a été élue à la tête de coordination de l'As V.Club, à l'issue de l'assemblée générale ordinaire et élective te- nue mercredi 1er juillet à Kins- hasa. Elle est la première femme dans l'histoire du club vert et noir de la capitale congolaise à briguer la présidence. Elle a été élue avec 38 voix sur 72 votants. Eugène Diomi Ndongala, son challanger a obtenu 32 voix, tandis que Mboyo Ilumbe (Pélé Mongo) 1 voix et An- tony Kitenge (0 voix). Conseillère spéciale du prési- dent Felix Tshisekedi, en charge de coopération, Bestine Kazadi a un mandat de 4 ans. Par ailleurs, un autre tour de- vra partager Lokuli Franck et Patrick Banishay au poste de secrétaire général. Les deux prétendants n'ont pas obtenu la majorité des voix (35+1 sur les 72 votants). Jean de Dieu Kimpepe est au se- crétariat adjoint. La trésorerie générale est re- venue à Christine Lenzo ( journaliste à la RTNC) : 38 voix En outre, les quatre conseillers élus sont: - Delou Mulumba 53/72 -Baye NTita Richard 50/72 -Mapamboli Poze 32/72 - Mbonde Mange Maria 39/72 Les responsables des autres disciplines ont aussi été élus: - Boxe : Katende Mutombo 69 voix - Handball: Bantuamina Jean Claude: 64 voix - Judo Mutombo Kapila 68 voix - Volley-ball : José Masikini 66 voix.


2020-07-01

F. Tshisekedi parle d'une expérience douloureuse qui tourne la longue page d'impunité

Le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi a abordé, dans son message à la Nation en marge du 60 ème anniversaire de l'indépendance de la RDC, le point en rapport avec le procès de son programme d'urgence des 100 jours. Pour le Chef de l'État, l'expé- rience douloureuse de ce procès doit tourner la longue page d'im- punité en RDC. " Je souhaite que l'expérience douloureuse révélée au cours du procès en rapport avec le Pro- gramme des 100 jours tourne dé- finitivement la page de la longue série de projets et programmes qui, à travers l'histoire, ont donné lieu à d'importants coulages des ressources publiques en toute im- punité ", a-t-il souhaité . Cependant, le Garant de la Nation fait allusion à d'autres programmes ou projets inache- vés tels que Bukangalonzo et autres. " Je pense notamment au Projet de Bukangalonzo, aux multiples ces sions d'actifs miniers, aux projets de construction d'infrastructures routières, aéroportuaires et j'en passe ", déclare-t-il. En effet, Félix Tshisekedi dit être conscient que le défi du Congo et du peuple congolais, c'est de sortir de la répétition pour s'inventer un destin. " A tout prix, nous devons y par- venir et nous allons y arriver ", a rassuré le successeur de Joseph Kabila. Entre les lignes, tout laisse à croire que le Président de la Ré- publique fait confiance à la classe politique et croit au changement de mentalité.


01 02 03 04 05 06 07