2020-09-21

La FECOFA forme 78 coachs et 31 arbitres à Mbandaka

La Fédération Congolaise de Football Association (FECOFA), en synergie avec la Direction Technique Nationale (DTN), forme 78 entraîneurs de football et 31 arbitres à Mban- daka, chef-lieu de la province de l'Equateur. Ce séminaire de formation a été lancé le 16 septembre 2020 à la salle polyvalente du Parc Joseph Kabila. Le Directeur technique natio- nal adjoint de la DTN, Medard Lusadusu, s'occupe du renfor- cement des capacités des en- traîneurs tandis que la Vice-pré- sidente de la Commission na- tionale de football féminin (CNFF) et membre de la Com- mission nationale d'arbitrage (CNA) de la Fecofa, Geneviève Lukusa, s'associe à l'autre membre de la CNA, René Tshibangu, pour prendre en charge la remise à niveau des arbitres. Cette formation réunit à la fois des arbitres actifs et des jeunes qui viennent élargir le petit cercle des hommes et des femmes qui font appliquer les règles du football sur le ter- rain. La Ligue nationale de foot- ball des jeunes (LINAFJ) que dirige Zephyr Kaninda a profité de cette session pour remettre 20 ballons aux clubs des jeu- nes joueurs de Mbandaka. Notons que les séances pra- tiques se tiennent au stade de Mbandaka. Ce moment est prisé par les habitants de la ville (Bana ya ekanga ngenge) qui vivent avec joie ces heures de bonheur du football. Bon nombre des fans du foot- ball à Mbandaka saluent cette initiative de la FECOFA. Mais surtout le choix porté sur leur province de l'Equateur pour lan- cer ce programme qui vise le développement du football en République démocratique du Congo.


2020-09-21

Une réforme de la nationalité sportive au service de l'Afrique?

La Fédération internationale de football (FIFA) a validé ce 18 sep- tembre 2020 une nouvelle réforme du changement de nationalité sportive qui pourrait profiter aux sélections africai- nes. À plus long terme. Explications… La presse spécialisée l'appelle la " Réforme El Haddadi ". Et pour cause : ce 18 septembre 2020, la Fédéra- tion internationale de football (FIFA) a adopté de nouvelles règles sur le changement de nationalité sportive qui semblent quasiment taillées sur me- sure pour permettre à Munir El Haddadi de défendre les couleurs de l'équipe du Maroc. Ce que cet atta- quant né près de Madrid, et qui a très brièvement représenté l'Espagne lors d'un match officiel en 2014, n'a jamais pu faire, malgré un recours devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) déposé par la Fédération royale marocaine (FRMF). Fouzi Lekjaa, le président de la FRMF, n'a pas désarmé, après que le TAS a rejeté sa demande, avant la Coupe du monde 2018. Le vice-prési- dent de la Confédération africaine de football (CAF) a été un des grands artisans de la nouvelle règle qui pré- vaut désormais au niveau mondial pour tout joueur voulant changer d'équipe nationale A : avoir eu moins de 21 ans lors de son dernier match international en A, compter 3 sélec- tions au maximum, ne plus avoir joué avec ladite équipe nationale A depuis au moins de 3 ans, et ne pas avoir disputé de rencontres avec elle en phase finale d'une grande compétition. Zakaria Bakkali et Anwar El Ghazi également concernés Qu'est-ce qui a changé, finalement ? Et bien, avant, toute participation à un match en éliminatoires rendait qua- siment impossible - sauf circonstan- ces exceptionnelles liées à des ques- tions géopolitiques - le changement de nationalité sportive. Désormais, avoir joué les qualifications de la Coupe du monde ou de l'Euro ne sera plus rédhibitoire. Une bonne nouvelle pour de futurs jeunes binationaux souhaitant chan- ger d'allégeance, après une première expérience peu convaincante. À l'heure actuelle, les joueurs d'origines africaines pouvant immédiatement bénéficier de cette réforme semblent très peu nombreux. Hormis Munir El Haddadi, le Belge Zakaria Bakkali et le Néerlandais Anwar El Ghazi auraient, par exemple, s'ils le souhai- tent, la possibilité de rejoindre les Lions de l'Atlas. Ce qui ne déplairait sans doute pas à Fouzi Lekjaa. Des sélectionneurs favorables Les sélectionneurs d'équipes afri- caines joints par RFI, eux, sont plu- tôt positifs. Celui du Nigeria, le Germano-Français Gernot Rohr voit ça d'un bon œil : " Je pense que c'est tout d'abord une bonne chose pour les jeunes joueurs qui sont concernés par cette mesure, parce qu'il arrive par- fois qu'un joueur de moins de 21 ans ait été sélectionné dans son pays européen, justement pour qu'il soit bloqué et qu'il ne puisse pas jouer pour le pays de ses parents ou pour celui où il est né. " Il ajoute : " C'est une bonne chose, qui va dans le bon sens, parce que ça donne davantage de li- berté aux jeunes joueurs. On peut faire des erreurs, lorsqu'on a 20 ans. Or, avec ce nouveau règlement, il est pos- sible de changer de pays. " Pour le coach du Bénin, Michel Dussuyer, " c'est une réforme qui est profitable aux sélections africaines, […] c'est un assouplissement, même s'il est très encadré et très limité ". Le Français souligne : " Ça laisse la porte ouverte à de jeunes joueurs qui voudraient rejoindre une équipe natio- nale et profiter des compétitions in- ternationales, pour pouvoir vivre des moments forts. "


2020-09-21

UN staff in Uganda accused of sexual abuse and exploitation

The United Nations has launched an investigation into allegations of sexual abuse and the exploitation of vulnerable women by members of its staff in Uganda's drought-stricken northeastern Karamoja region. The inquiry by the UN's Office of Internal Oversight Services, which began early this month, follows allegations by a whistleblower of sexual abuse and exploitation by a United Nations Population Fund (UNFPA) staffer against a "female victim" - and a more general pattern of serious sexual misconduct by other UN staff working in what is Uganda's poorest region. The allegations centre on the World Food Programme compound in the town of Moroto, and involve UN staff demanding sex from local women in exchange for food, and the hiring of sex workers who are brought onto the UN base, several UN personnel in Moroto told The New Humanitarian, speaking on condition of anonymity. Staff of several UN agencies stay in the WFP compound, which provides office space and sleeping quarters in a region where more than 500,000 people are facing food shortages. "We have been informed of the allegations made against UN staff residing at the compound managed by WFP in Moroto and are investigating," Amanda Lawrence-Brown, WFP's Nai- robi-based regional spokesperson, told TNH. "There is no place for any form of sexual harassment, exploitation, or abuse at the World Food Programme, including by non-WFP staff residing at compounds managed by WFP in the field," she said. Lawrence-Brown noted that for security reasons she could not divulge how many UN staff stay at the base, but said WFP is also investigating any breaches of security protocols. Private guards at the compound are supposed to vet all visitors to the base, she added. 'Immediate suspension' In response to the allegations of sexual abuse and misconduct by staff in Moroto, Rosa Malango, the UN's resident coordinator in Uganda, sent an email to all UN heads of agencies earlier this month. "I look forward to the updates from UN heads on action taken so far including the immediate suspension of staff pending the conclusions of inves- tigations," Malango said in her email, which TNH has seen. "Internal procedures are under way and we cannot comment until the facts have been established," Malango told TNH separately this week. "These are allegations which need to be investigated." Malango emphasised that the UN has a zero-tolerance approach to sexual harassment and abuse, and said the "concerned agencies are dealing with the issue". In an email sent to TNH entitled, "Uganda the next Haiti for the UN", a group of UN staff condemned Malango for her message to the agency heads. The group, whose members were unidentified, claimed that Malango's note contained "confidential and sen- sitive information" that should "never have been circulated to internal email groups". The email, sent to TNH via a private gmail account, accused Malango of playing internal UN politics as part of an alleged attempt to "divert from her own incompetence". The Haiti reference in the title of the email was possibly a nod to the Oxfam scandal when the British NGO was accused of covering up claims staff sexually exploited victims of the 2010 earthquake. Malango said her note to UN agency heads should not have been shared externally. Karamoja was the centre of an earlier UN scandal. In 2019, at least four people died and nearly 300 others became unwell after eating WFP fortified cereal. The agency was accused of negligence. Semi-arid Karamoja, on the border with Kenya, is Uganda's least- developed region, where one in three children are stunted as a result of poor nutrition.


2020-09-21

Young Catholic Receives 'Creating on the Margins Award' from Catholic Campaign for Human Development

The Catholic Campaign for Human Development (CCHD), the domestic anti- poverty program of the U.S. Conference of Catholic Bishops (USCCB), has named Kyrstin Weiler of the Diocese of Belle- ville as the national winner of the 2019-2020 Creating on the Margins contest. Kyrstin's three-dimensional art piece entitled "Trapped Under a Bro- ken Roof" and her accompanying essay highlighted the systemic realities of poverty in the U.S. and the impact of CCHD- supported organizations who empower communities to address its root causes. This year's theme, "More Than a Roof," focused on homelessness and access to affordable housing. As the winner of the national contest, Kyrstin will receive a $500 cash award and a $500 gift to be designated in her name to a CCHD-funded organization of her choice. Kyrstin's artwork was created as an assignment in her eighth-grade class at St. Joseph Catholic School and submitted to the national contest by the Diocese of Bel- leville. "The Church teaches us that each and every person should have the opportunity to go home to a safe place that fills us with a sense of comfort at the end of the day," Kyrstin reflected on her artwork. Bishop David G. O'Connell, auxiliary bishop of Los Angeles and chairman of the USCCB's Subcommittee on the Catholic Campaign for Human Development said, "The Creating on the Margins contest is a great example of how to engage young people in the so- cial mission of the Church. The transformative education cen- tral to this contest invites a new generation of Catholics to understand the power of CCHD, UN staff in Uganda accused of sexual abuse and exploitation especially as we celebrate our 50th anniversary this year." "Kyrstin's artwork captures the complex realities facing many in our communities who struggle to find access to safe, affordable housing and her written reflections emphasize the important role of CCHD- funded organizations in addressing the realities of poverty," said Ralph McCloud, director of the Catholic Campaign for Human Development. The annual Creating on the Margins contest is organized by CCHD and co-sponsored by the National Federation for Catholic Youth Ministry (NFCYM). It is a tool for schools and parishes to engage Catholics in grades 7- 12 in learning about the root causes of poverty and the Church's response. The contest theme for 2020- 2021 is "Rebuilding Together at the Margins" and was chosen to highlight the social and economic disparities revealed by the COVID-19 pandemic and how we can build just structu- res that allow all communities to thrive. More information and contest materials can be found at www.usccb.org/youthcontest.


2020-09-18

" Shina Rambo " : Les dessous des cartes d'un retour sur scène !

C'est un Joseph Kabila non décontenancé, sûr de lui et toujours égal à lui- même qui a signé ce mardi 15 septembre 2020 sa pre- mière rentrée parlementaire au Sénat. Sourire à la bar- biche sénatoriale et sans son cache-nez, le Raïs de Kingakati a été, comme il fallait s'y attendre, la cible de tous les projecteurs et chaque geste passé au cri- ble. 20 mois après sa re- traite du fauteuil présiden- tiel, cette rentrée politique inattendue de Joseph Kabila fait parler des muets. Pour cause, l'autorité mo- rale de la très puissante coalition au pouvoir, FCC, annonce ses couleurs au moment où la méfiance avec les bonzes du camps allié CACH ne fait que grim- per et les enjeux restent de taille. Dans le discours du pré- sident du Sénat Alexis Ntambwe Mwamba comme celui de Jeannine Mabunda, l'intérêt de deux chambres dirigées par le FCC, porte désormais sur les élections 2023 et l'ur- gence pour le Gouverne- ment Ilunga Ilunkamba de prévoir déjà les moyens pour les organiser. Que laisse entrevoir ce fardeau du FCC pour les élections alors que le Gouvernement de coalition conduit par Fé- lix Tshisekedi n'a consommé que 20 mois de son quin- quennat ? A en croire des analys- tes avisés, les objectifs du président Tshisekedi ne sont la préoccupation de ses alliés du FCC dont le principal agenda est de trouver le meilleur moyen de leur survie politique et de retourner leur mentor au Palais de la nation. Alors qu'une bonne poi- gnée des cadres de sa fa- mille politique est courtisée par le camps de son successeur, Shina Rambo re- vient sur scène pour battre le rappel des troupes et resserrer les rangs. Et ce, au moment où les deux chambres du Parlement où il détient la majorité, s'ap- prêtent à dire la messe sur le scrutin présidentiel indi- rect et le contrôle de la cen- trale électorale(CENI) avec le très contesté Ronsard Malonda. La présence du sénateur à vie à l'hémicy- cle est un signal fort qui doit interpeller ses adver- saires qui le croient aux abois.


2020-09-18

Le véritable Etat de droit se fait encore attendre

Le Citoyen Congolais doit nager dans un Etat réelle- ment de droit. Alors il s'épa- nouira et assurera le dévelop- pement de son pays, la RDC. Depuis l'avènement à la tête du pays de Felix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, l'annonce-promesse de la ve- nue d'un Etat de Droit a miellé les cœurs de 80 millions de congolais qui comparaient la dureté de la vie et le désordre imprimés en RDC dans tous les cadres par des régimes inhumains traversés à ce jour. Parce qu'il est exact et vrai qu'à part le tumultueux procès du siècle qui met au pilori le Directeur de Cabinet du Chef de l'Etat, Vital KAMHERE, Président de l'UNC qui exige l'éclaircissement des ques- tions demeurées opaques, rien ne bouscule les actes de détournement et de violation de droits humains pourtant bien identifiés et connus de tous. Ainsi, l'importance de la création de plusieurs et diver- ses commissions à la prési- dence de la République tar- dent à rendre efficiente leur raison d'être, entretemps les nominés aux différents postes grèvent le budget de la prési- dence que certains qualifient de budgétivore. En effet, les slogans ont fini leur travail, et les citoyens congolais, attendent l'effectivité de l'Etat de droit, l'on doit démettre tous fauteurs où qu'ils soient et qui qu'ils soient. L'on doit réhabiliter les entreprises et sociétés d'Etat et récupérer les moteurs de tracteurs placés dans des embarcations privées prove- nant de Bukanga Lonzo, réha- biliter la compagnie de trans- port et des ports, fermer effec- tivement des ports privés qui ont subtilisé, dérobé avec une finesse excessive ce qui reve- nait à l'Etat Congolais et obli- ger aux dirigeants faussaires des entreprises et sociétés d'Etat, des gouvernements provinciaux (gouvernorats pro- vinciaux) de remettre les Ca- dres et Agents de l'Etat et d'autres travailleurs dans leurs droits, qui des dizaines des mois sont restés impayés, les uns sont morts parce qu'aban- donnés à leur triste sort et les autres croupissent dans une misère qui ne peut pas dire son nom mais a disloqué leurs familles, les enfants fréquen- tant l'école buissonnière. Ainsi dont le Président Fé- lix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, pour avoir hérité le bilan mitigé du FCC, PPRD en tête au nom de la conti- nuité de l'Etat renforcée par la coalition, ne doit pas dormir sur ses oreillers parce que le peuple l'attend au tournant pour son propre bilan : va-t-il éventrer le boa pour extirper des entrailles qui maintiennent la RDC au bord de l'abime ou va-t-il chercher à passer outre la seule chirurgie capable de réparer les intestins malades. Nous croyons que le peu- ple congolais a trop souffert parce que trop paupérisé, spo- lié et meurtri à outrance, il ne lésinera plus dans ses réac- tions pour poser  en mon ca- tégorie à tout règne par défi et ruse. L'on ne peut nous contre- dire qu'à part le procès de 100 jours et la déclaration de la fermeture des ports privés, l'on attend l'amélioration rapide de la vie des Magistrats et autres hommes et femmes appelés à la matérialisation dudit Etat de droit. Qu'on arrête de donner des coups d'épée dans l'eau est que l'on rugisse comme un lion déterminé de sauver sa vie au milieu de la jungle. L'Etat de droit doit véritablement inter- venir.


2020-09-18

Des comportements à décrier : Il faut casser les pots aux roses

Des personnes qui ont composées les régimes qui a pris fin aux élections de 2018, étaient rompues et tordues pour empêcher les opérations électorales de base, pour garder en place les maires des villes, les bourg- mestres des communes et les chefs des secteurs qui encadrent et dirigent effectivement et directement le sou- verain primaire. Une telle entorse reste malveillante et favorise le PPRD Parti de Joseph KABILA KABANGE de damer les pions aux autres formations politi- ques. Une telle injustice imposée au souverain primaire au détriment des autres, crie vengeance au ciel et mé- rite d'être changé sans autre forme de procès, la vérité est que les person- nes qui dirige toutes les entités dé- centralisées, l'Administration Publique sont de nominée imposée par des mises en place opérée par des Gou- verneurs PPRD, sanctionnées par le Ministère de l'Administration du Terri- toire PPRD et confirmée par les or- donnances du Président Joseph KABILA KABANGE lui-même autorité morale du PPRD, donc qu'on se leur pas, cette formation politique dame les pions aux autres d'avance désa- vantageux et pas capable de changer les us et coutumes mis en place. Pour un équilibre politique accep- table, l'on doit arriver à bouleverser ce système dictatorial afin de parvenir à placer à la tête  des entités décentra- lisées et les territoires des dirigeants qui n'ont pas d'impact politique déme- suré avec odeur de défis. La vraie raison est que l'adminis- tration publique surtout des territoires doit redevenir apolitique et garantir l'égalité administrative. Pour éviter que cet manie de mal administrer in- carne la corruption et la concussion qui avilissent avec beaucoup de honte les institutions nationales et provin- ciales du pays. Aimons-nous les uns et les autres pour une cohésion nationale sans tâ- che.


01 02 03 04 05 06 07