Sports

2020-07-06

Espagne : le Real Madrid file vers le titre

Un pas timide vers le titre : grâce à un but sur penalty de son capitaine Sergio Ramos, le Real Madrid, leader de la Liga, a battu, jeudi 2 juillet, Getafe et relégué le Barça à quatre points. Le titre de champion d'Espagne est en vue. L'homme des grands matches : grâce à un pénalty provoqué par Dani Carvajal et transformé par le défenseur central et capitaine Sergio Ramos (79'), deuxième meilleur buteur du club en Liga cette saison avec 9 buts, le Real a posé une main sur le trophée de champion d'Espagne et compte maintenant 74 points. Son rival, le FC Barcelone, accroché par l'Atlético Madrid 2-2 mardi au Camp Nou, possède 70 points. Un capitaine qui montre la voie : mal embarqués durant toute la rencontre, acculés par le pressing haut exercé par les joueurs de Getafe, les hommes de Zinédine Zidane ont dû se re- mettre à leur capitaine-défen- seur-buteur pour les tirer de cette mauvaise passe, empo- cher un sixième succès en six matches depuis la reprise du championnat, et faire un grand pas vers le titre. C'est notre leader, sur le ter- rain et en-dehors. C'est un joueur unique en son genre, on sait ce qu'il apporte à l'équipe. Il a énormément de confiance en lui quand il faut tirer des penal- tys, l'a encensé Zidane en con- férence de presse d'après- match. " Sans souffrance, on ne ga- gne rien " C'est mon rôle de dire que l'on n'a encore rien gagné. C'est la réalité, la vraie. Tant que la sai- son n'est pas finie, tant que tu n'es pas mathématiquement champion, tu ne peux rien faire. J'ai été joueur aussi dans ce rôle. Ce n'est pas parce qu'on a fait 3-4 bons résultats que c'est plié, avait prévenu Zinédine Zidane mercredi en conférence de presse d'avant-match. Et ses propos ont paru divina- toires jeudi, tant le Real a sem- blé tactiquement muet, étouffé par la défense haute de Getafe. Malgré la victoire, ses joueurs doivent prendre ce court succès comme un avertissement. Car jeudi soir au stade Di Stéfano, c'est bien Getafe qui a été la meilleure équipe : les joueurs de la banlieue de Madrid ont passé le plus clair de leur temps dans le camp blanc, à maintenir un pres- sing fort pour acculer un Thibaut Courtois toujours irréprochable dans ses cages. Le jeune milieu gauche Marc Cucurella (21 ans), prêté par le Barça puis acheté pour 10 millions d'euros ce mardi par Getafe, a notamment été très ac- tif, autant dans la récupération du ballon que dans l'animation offen- sive pour Getafe, qui rêve encore de Ligue des champions, à cinq points du 4e, le Séville FC. Résultat : les maladresses se sont multipliées chez les hommes de Zinédine Zidane, à l'image de ce passage, au retour des vestiaires, quand Luka Modric a envoyé une passe courte directement en tou- che, imité par Thibaut Courtois quelques secondes plus tard (50e). Sans souffrance, tu ne peux rien gagner. Là, nous n'avons en- core rien gagné. Il reste encore beaucoup de chemin, on doit con- tinuer dans cette voie. Il reste 5 fi- nales à jouer. Si on continue comme ça, avec cette solidité, ce sera bien, a souhaité ZZ jeudi soir en conférence de presse d'après- match. Varane touché aux cervicales Premiers signes d'essouffle- ment ? Alors que le FC Barcelone a déroulé le tapis rouge vers le ti- tre au Real Madrid mardi en con- cédant le nul contre l'Atlético et en multipliant les bisbilles internes, la Maison blanche a assuré l'essen- tiel jeudi, mais sans briller. Et le chemin vers le titre pour- rait encore buter sur une nouvelle embûche : le défenseur central français Raphaël Varane, l'un des piliers du système Zidane avec l'indéboulonnable Sergio Ramos, a dû céder sa place à Eder Militao à la 32e, juste après la pause fraî- cheur. Actuellement, il ne se sent pas bien. Il a reçu un coup fort aux cer- vicales, il est rentré chez lui et le docteur est allé le voir là-bas. On saura ce qu'il a exactement de- main, a précisé Zidane en confé- rence de presse d'après-match. Le champion du monde s'est di- rigé vers les vestiaires avec une serviette autour du cou, visible- ment sonné après avoir reçu un ballon en plein figure quelques mi- nutes avant, sur corner.


2020-07-02

Il y a 20 ans, des Bleus au zénith gagnaient l'Euro 2000

Le 2 juillet 2000, l'équipe de France de football remportait le Championnat d'Europe des na- tions (Euro) pour la deuxième fois de son histoire, après celui de 1984. Ce sacre à l'Euro 2000, deux années après la victoire en Coupe du monde 1998, a été l'apogée des Bleus et du foot français. L'équipe de France de football qui a remporté l'Euro 2000 n'est peut-être pas la sélection natio- nale la plus forte de tous les temps. Mais elle fait assurément candidate au titre de meilleure équipe française de l'histoire des Bleus. Devant celle menée par Mi- chel Platini et qui a notamment gagné l'Euro 1984, le premier tro- phée majeur du foot français. Et devant celle des récents cham- pions du monde 2018, entraînés par Didier Deschamps. Parce que Zinédine Zidane et compagnie sont les seuls les Bleus à avoir réussi le doublé Coupe du monde (1998)-Euro (2000). Mais aussi parce qu'ils ont affiché du- rant ce Championnat d'Europe des nations co-organisé par la Belgi- que et les Pays-Bas une plénitude et une force rarement vues. La patte de Roger Lemerre La qualification pour l'Euro 2000 n'a pourtant pas été aisée. L'équipe de France est désormais dirigée par Roger Lemerre, l'ex- adjoint d'Aimé Jacquet. Elle com- mence les éliminatoires par un nul 1-1 en Islande. Suivront d'autres résultats fâcheux : nul 0-0 à do- micile face à l'Ukraine, défaite 3- 2 à Saint-Denis face aux Russes, succès étriqué 1-0 en Andorre… C'est lors de l'ultime journée que les champions du monde décro- chent leur billet, grâce à un suc- cès 3-2 face à l'Islande et à un nul 1-1 entre la Russie et l'Ukraine. Roger Lemerre tente depuis des mois d'imposer son style, un football résolument plus offensif que celui prôné par son ex-men- tor, Jacquet. Malgré l'euphorie de 1998, supporters et médias com- mencent à s'interroger. D'autant que les Français ont été versés, lors du tirage au sort de l'Euro 2000, dans un groupe D très re- levé, avec les Pays-Bas, la Répu- blique tchèque et le Danemark. Fans et journalistes vont toutefois être vite rassurés. Maîtrise et puissance Pour leur début dans le tour- noi, les Français étrillent les Da- nois, 3-0. Ils battent ensuite de redoutables Tchèques, 2-1. Déjà qualifiés pour les quarts de finale, les Tricolores s'offrent le luxe d'aligner une équipe bis face aux Néerlandais, de Bernard Lama dans la cage à David Trézéguet en pointe, en passant par Johan Micoud à la baguette. Des erre- ments défensifs offrent certes un succès 3-2 aux Oranjes. Mais, même avec ses remplaçants, l'équipe de France a affiché du ta- lent et de la puissance. Et elle a permis à ses titulaires indiscuta- bles, comme Laurent Blanc, Des- champs, Zidane et Thierry Henry, de souffler. Cette stratégie s'avère fort utile. Car en finissant 2e du groupe D, les Bleus se retrouvent en revanche contraints d'affron- ter des adversaires redoutables. À commencer par une Espagne en reconstruction après l'élimina- tion au premier tour du Mondial 1998. Un coup franc magistral de Zidane et une frappe puissante de Youri Djorkaeff permettent d'écar- ter 2-1 la Roja de Pep Guardiola et de Raul. En demi-finale, en- suite, il faut également une bonne dose de réalisme pour sortir le Portugal, sur le même score. L'af- faire se règle, cette fois, en pro- longations et avec un penalty de Zidane. Les Portugais crieront au scandale, malgré une main dans sa surface de séparation du dé- fenseur Abel Xavier. Réalisme et culot En finale, la sélection française retrouve son séduisant homolo- gue italien. En 1998, elle avait écarté l'Italie aux tirs au but, en quart du Mondial, à l'issue d'un match glaçant de maîtrise. Ce 2 juillet 2000 à Rotterdam, c'est la Squadra Azzura coachée par le lé- gendaire Dino Zoff qui domine les débats. Elle ouvre logiquement le score à la 55e minute, suite à une reprise à bout portant de Marco Delvecchio. Les Bleus tentent vai- nement de revenir et se heurtent à une Nazionale parfaitement en place, dans un schéma en 3-5-2. La fin du temps réglementaire approche et le banc de touche ita- l ien commence déjà à célébrer son deuxième sacre dans cette compé- tition, après celui de 1968. Mais, durant les arrêts de jeu, sur un long dégagement de Fabien Barthez, David Trezeguet, entré en jeu peu avant, dévie le bal lon vers un Syl- vain Wi ltord lui aussi remplaçant au coup d'envoi. L'attaquant décoche une frappe croisée depuis la gau- che. Bien que ce tir ne soit pas im- parable, le gardien adverse Francesco Toldo freine seulement la course du ballon : 1-1 (90e+3). Wi ltord agite son doigt en guise de " Non, ce n'est pas fini ". Les Ita- liens, eux, ne s'en remettront pas. Lessivés, i ls souffrent en prolonga- tions. À la 103e minute, Robert Pirès, également entré en jeu en seconde période, laisse sur place Demetrio Albertini puis Fabio Cannavoro, sur l 'ai le gauche. Il cen- tre en retrait vers Trézéguet. La suite est connue : l'avant-centre inscrit le " but en or " d'une superbe reprise de demi-volée : 2-1, score final. La France est championne d'Europe. Au zénith, avant le naufrage Douleur dans le camp italien. Les Transalpins prendront cependant leur revanche, six ans plus tard, en finale de la Coupe du monde 2006. Les Bleus, eux, entrent dans la lé- gende en réal isant un doublé Mon- dial-Euro que seuls les Allemands (RFA) avaient déjà réussi (Euro 1972-Mondial 1974). Le football français est alors au firmament. Il peut se vanter de la qualité de sa formation, qui produit des joueurs aussi athlétiques que solides tactiquement et techniquement. Au zénith, les Tricolores s'offri- ront encore une coupette, en 2001, avec la Coupe des Confédérations, malgré les retraites internationales de Blanc et Deschamps. Puis, ce sera le naufrage, en 2002. Les champions du monde et d'Europe en titre aborderont le Mondial au Japon et en Corée du Sud, en roue l ibre, Roger Lemerre étant dépassé par les événements. Starifiés et désunis, ils seront éjectés dès le premier tour du tournoi, avec zéro victoire et zéro but marqué. Ils se- ront notamment surpris en match d'ouverture par une talentueuse équipe du Sénégal…


2020-07-02

Bestine Kazadi remplace Gabriel

Bestine Kazadi a été élue à la tête de coordination de l'As V.Club, à l'issue de l'assemblée générale ordinaire et élective te- nue mercredi 1er juillet à Kins- hasa. Elle est la première femme dans l'histoire du club vert et noir de la capitale congolaise à briguer la présidence. Elle a été élue avec 38 voix sur 72 votants. Eugène Diomi Ndongala, son challanger a obtenu 32 voix, tandis que Mboyo Ilumbe (Pélé Mongo) 1 voix et An- tony Kitenge (0 voix). Conseillère spéciale du prési- dent Felix Tshisekedi, en charge de coopération, Bestine Kazadi a un mandat de 4 ans. Par ailleurs, un autre tour de- vra partager Lokuli Franck et Patrick Banishay au poste de secrétaire général. Les deux prétendants n'ont pas obtenu la majorité des voix (35+1 sur les 72 votants). Jean de Dieu Kimpepe est au se- crétariat adjoint. La trésorerie générale est re- venue à Christine Lenzo ( journaliste à la RTNC) : 38 voix En outre, les quatre conseillers élus sont: - Delou Mulumba 53/72 -Baye NTita Richard 50/72 -Mapamboli Poze 32/72 - Mbonde Mange Maria 39/72 Les responsables des autres disciplines ont aussi été élus: - Boxe : Katende Mutombo 69 voix - Handball: Bantuamina Jean Claude: 64 voix - Judo Mutombo Kapila 68 voix - Volley-ball : José Masikini 66 voix.


2020-07-01

Foot: la CAN 2021 au Cameroun reportée à janvier 2022

La prochaine Coupe d'Afrique des nations, prévue au Cameroun du 9 janvier au 6 février 2021, a été reportée d'un an, a annoncé la Confédération africaine de foot- ball (CAF) ce 30 juin 2020. À cause de la pandémie de Covid-19, les qualifications pour la CAN 2021 ris- quent de ne pas être finies à temps et jouer en juin-juillet prochain s'avère trop compliqué, notam- ment à cause de la saison des pluies. La CAN 2023 en Côte d'Ivoire, elle, ne serait pas mena- cée, malgré ce report. Publicité Jusqu'au bout ou presque, la Confédération africaine de football (CAF) a voulu croire - ou voulu faire croire - à une Coupe d'Afrique des nations au Cameroun en janvier-février 2021. Mais ce 30 juin 2020, le gouvernement de la CAF a ramené Camerounais et fans de foot africain à la raison. Le Comité exécutif (ComEx) a en effet décidé de reporter la phase finale de la CAN 2021 à… janvier 2022. Soit, en théorie, au même moment que le CHAN 2022 en Al- gérie et à neuf  mois de la Coupe du monde au Qatar (21 novembre- 18 décembre 2022). " Les dates de la phase finale et des matches res- tants des él iminatoires seront com- muniquées en temps opportun ", indique la CAF. Une décision quasi-inéluctable qui n'a, cette fois, rien à voir avec l'état de préparation du pays hôte. Après avoir dû renoncer à la CAN 2019 à cause de retards, le Came- roun doit cette fois patienter à cause de qual ifications pour le tour- noi qui risquent de ne pas être fi- nies à temps. Jouer en juin-juillet 2021, trop compliqué La Fédération internationale de football (Fifa) a en effet décidé qu'on ne jouerait pas de matches internationaux en septembre, en Afrique. Dans ces conditions, ten- ter de disputer les 96 matches res- tants durant les seules fenêtres Fifa d'octobre et de novembre 2020 s'avèrent trop péril leux. En cas de nouvelle vague de coronavirus, il aurait été en effet quasiment impos- sible de boucler les él iminatoires à temps. Restait la possibi l ité de jouer en juin-jui l let 2021. La Fifa a d'ai l leurs étendu sa fenêtre internationale de sept jours, pour la CAF (et trois autres confédérations). Mais cette option présente trop de désavanta- ges. À cause du cl imat, tout d'abord : Camerounais et dirigeants de la CAF ont expl iqué le 15 janvier 2020 que la saison des pluies en juin- juil let rend trop diffici le la pratique du footbal l. En raison de la concur- rence audiovisuelle, ensuite : la CAN se serait déroulée durant une période où l 'attention va être vam- pirisée par l'Euro masculin de foot et les Jeux olympiques de Tokyo. Pas de menace pour la CAN 2023 La moins mauvaise solution con- siste donc à décaler la Coupe d'Afri- que des nations d'un an. En espé- rant que la conjoncture sanitaire et le calendrier sportif international seront favorables à la désormais CAN 2022… Interrogé, enfin, sur la Coupe d'Afrique des nations suivante, pro- grammée en Côte d'Ivoire, Ahmad a assuré que cette CAN se tiendrait bien en 2023, en dépit d'un Mon- dial au Qatar organisé juste avant (novembre/décembre 2022) et de violentes saisons des pluies en juin- jui l let en Côte d'Ivoire. " Je ne sais pas à quel les dates, mais i l y aura une CAN en 2023, a affirmé le Mal- gache. Je n'aime pas trop spéculer. J'aime avoir tous les éléments, avec mon comité. On verra. "


2020-06-29

Les qualifications ne reprendront pas en septembre

La Fédération internationale de football (FIFA) a annoncé ce 25 juin que les qualifications en Afrique de septembre 2020, donc celles de la CAN 2021, sont reportées. Une décision qui pour- rait menacer la tenue de la phase finale au Cameroun aux dates prévues (9 janvier-6 fé- vrier). La Fédération internationale de football (FIFA) n'a pas ruiné les espoirs de voir la Coupe d'Afrique des nations au Came- roun se dérouler comme prévue du 9 janvier au 6 février. Mais la FIFA a réduit ce 25 juin 2020 les chances d'assister à la CAN 2021 dans six mois. Le Conseil de la FIFA a en ef- fet décidé de " reporter " la trêve internationale de septembre, sur laquelle la Confédération afri- caine de football (CAF) comptait grandement pour faire avancer des qualifications bloquées à deux journées (sur six) à cause de la pandémie de Covid-19. Sans expliquer à quand elle se- rait reportée. Des qualifications étendues… en juin 2021 Une décision de la FIFA qui concerne la CAF et trois autres confédérations (Asie, Concacaf et l'Océanie), mais pas l'Europe (UEFA) ni l'Amérique du Sud (Conmebol). En octobre et en no- vembre 2020, l'UEFA aura même droit de faire jouer des matches internationaux supplémentaires. En revanche, la FIFA a annoncé que la CAF (entre autre) bénéficie- rait de sept jours supplémentaires en juin 2021 pour faire disputer quatre journées d'éliminatoires au lieu des deux initialement prévues. Ce qui devrait permettre à l'Afri- que d'avancer dans les qualifica- tions pour la Coupe du monde 2022. Voire dans celles pour la prochaine CAN si celle-ci est re- portée à janvier 2022… Une dé- cision que pourrait prendre le Comité exécutif de la CAF, qui se réunit le 30 juin. La Confédération africaine de football va en effet faire face à un dilemme. Doit-elle tout miser sur les fenêtres FIFA d'octobre et no- vembre pour boucler les qualifica- tions à temps, avec toutes les in- certitudes liées au coronavirus ? Ou doit-elle se résoudre à reprogrammer sa compétition- phare à juin 2021 ou janvier 2022 pour se prémunir d'une éventuelle désillusion dans quelques semai- nes à cause de la situation sani- taire


2020-06-29

Vers un report de la Coupe d'Afrique des nations féminine 2020?

La prochaine Coupe d'Afrique des nations féminine, initialement prévue en novembre-décembre au Congo-Brazzaville, n'aura peut-être pas lieu en 2020. Les qualifications n'ont toujours pas débuté et un nouveau pays hôte n'a pas encore été désigné. Le Comité exécutif de la Confédéra- tion africaine de football abordera néanmoins le sujet le 30 juin. PUBLICITÉ Un an après une Coupe du monde 2019 en France globale- ment réussie et prometteuse, le football au féminin n'est plus autant à la fête. Une situation en grande partie due à la pandémie de Covid-19, mais pas seule- ment. Des dix candidatures po- tentielles annoncées par la Fédé- ration internationale (Fifa) pour l'organisation du Mondial 2023, deux subsistent encore : celle de la Colombie et celle du duo Aus- tralie/Nouvelle-Zélande. L'Euro féminin, prévu à l'été 2021, a été repoussé en 2022 pour faire de la place à son pendant masculin. Dans certains pays, comme l'Es- pagne, le championnat masculin a repris, malgré la crise du coronavirus, contrairement à son homologue féminin. Et en Afrique ? Un silence per- siste autour de la CAN féminine 2020 alors que les spéculations sont incessantes concernant la CAN masculine prévue au Came- roun en janvier-février 2021. La CAN dames 2020 devrait pour- tant, elle, être reportée, a appris rfi.fr de sources concordantes. Le sujet sera en tout cas abordé lors de la prochaine réunion du Comité exécutif de la Confédération afri- caine de football (CAF), programmée le 30 juin. Des éliminatoires au point mort Cette décision n'aurait évidem- ment rien de surprenant. Le sort de la prochaine Coupe d'Afrique des nations dames, dont la phase finale était prévue en novembre- décembre au Congo-Brazzaville, est plus qu'incertain. Les qualifi- cations n'ont pas pu débuter. Les deux tours aller/retour devaient se dérouler entre avril et juin, mais n'ont pas pu se tenir à cause du coronavirus. Les quatre journées d'éliminatoires pourraient certes se jouer en septembre-octobre. Mais il faudrait ensuite organiser le tirage au sort et tout mettre en place en un temps record. Une mission d'autant plus com- plexe que les Congolais ont re- noncé en juillet 2019 à organiser la compétition. Ils se sont estimés incapables de répondre convenablement au cahier des charges de la compétition. Pour la CAN 2020, la CAF a décidé d'accroître le nombre de pays participants à douze. Une aug- mentation logique après onze éditions ayant rassemblé huit équipes depuis 1998. Mais ce format revu à la hausse tombe du coup au plus mauvais mo- ment car il suppose des moyens supplémentaires. La Guinée équatoriale, une nouvelle fois plan B ? Deux pays ont proposé leurs services pour remplacer le Congo : le Nigeria et la Guinée équatoriale. Mais, d'après nos in- formations, les Nigérians ont mis leur candidature entre parenthè- ses, pour des raisons financières et sanitaires. Restent donc les Équato-Guinéens. Ces derniers ont de sérieux atouts : ils ont or- ganisé deux CAN féminines (2008 et 2012), ont co-organisé la CAN 2012 masculine avec le Gabon. Surtout, ils ont remplacé avec suc- cès le Maroc à la dernière minute pour abriter la CAN 2015, et ce en pleine crise Ebola. La Guinée équatoriale dispose des stades nécessaires, de l'expé- rience requise, et son équipe na- tionale féminine reste une valeur sûre sur le continent. Cela suffira- t-il pour autant à sauver la CAN 2020 ? Les acteurs du ballon rond féminin aimeraient désormais être fixés. " Pour le moment rien n'est clair, on attend le calendrier de la CAF ", résume le sélectionneur d'une des meilleures équipes du continent.


2020-06-27

" Tango Four " : sa place n'est pas au stade

Le lieutenant- général Ga- briel Amisi Kumba" Tango Four " a démissionné de la prési- dence de la coordination de l'AS V. Club de Kinshasa, au terme d'un mandat qui  aura duré 13 ans. Outre V. Club, " Tango Four a dirigé  trois autres équipes de football, à savoir : Dauphin Noir de Goma, Vita Boyoma de Ki- sangani et Maniema Union de Kindu. Ces trois clubs sont très po- pulaires dans leurs villes res- pectives. Selon nos informa- tions, il était le principal finan- cier de ces formations sporti- ves. L'ex-président de V. Club avait parrainé Dauphin Noir et Vita Boyoma alors qu'il était commandant du RCD (Rassem- blement Congolais pour la Dé- mocratie) d'abord à Goma, puis à Kisangani. C'est à Kisangani qu'il a ac- quis le surnom de " Tango Four " après avoir chassé de la ville un autre commandant  du nom de TANGO-TANGO. Suite à cette " victoire " sur son rival, il prit le nom de " TANGO-FOUR ", c'est-à-dire " TANGO " qua- tre fois. Son  intrusion dans le sport, et plus particulièrement dans le football, a été très bénéfique pour le RCD qui, jusque-là, était considéré comme un mouve- ment rebelle des " étrangers " En effet, la présence de " Tango Four " au stade attirait toujours une  grande foule. Grâce au football, le RCD a pu ainsi gagner la sympathie de beaucoup de gens à Goma et à Kisangani. Apres le RCD, " Tango Four " a tenté et réussi la même ex- périence à Kinshasa pour le compte de Joseph Kabila Kabange. Il avait pour mission d'améliorer son image auprès de Kinoises et de Kinois. Pour ce faire, il avait porté son choix sur  l'équipe la plus populaire de la capitale en l'occurrence AS V.Club. Cette équipe, sans aucune exagération, compte au moins deux millions de fanati- ques et sympathisants dans cette mégapole. Plusieurs années avant de quitter le pouvoir, Joseph Kabila avait déjà  été adopté par les Kinois, à en croire les bains de foules qui accouraient autour de lui  lors des manifestations publi- ques. Après le départ de l'ancien chef de l'Etat, il était temps pour " Tango Four " de se désenga- ger de toutes les activités incom- patibles avec son statut de mili- taire. Dans un Etat de droit, sa place n'est pas dans les stades.


2020-06-27

Sadio Mané et Mohamed Salah, artisans du titre de Liverpool en Premier League

Sadio Mané est devenu le pre- mier Sénégalais de l'histoire à remporter le championnat anglais tout comme Mohamed Salah pour l'Égypte. Les deux joueurs ont lar- gement contribué au titre de champion d'Angleterre de Liver- pool cette saison. Publicité Considéré comme l'un des meilleurs joueurs de la saison en Premier League, Sadio Mané est devenu le premier Sénégalais de l'histoire à remporter le cham- pionnat anglais. L'Égyptien Mohamed Salah et le Guinéen Naby Keita entrent aussi dans l'histoire de leur pays avec ce ti- tre. Grâce à eux et aussi au Ca- merounais Joël Matip, Liverpool est, après 31 journées, le cham- pion le plus précoce de l'histoire, puisqu'il en avait fallu 33 à Man- chester United en 2001 et à City en 2018. Les Reds ont été sacrés sans jouer jeudi 25 juin à la faveur de la défaite (2-1 contre Chelsea) de Manchester City, leur premier poursuivant, qui avec 23 points de moins dans le Championnat ne peut mathématiquement plus les rattraper au classement. Sadio Mané, le Monsieur plus Sadio Mané, finaliste de la CAN 2019 en Égypte et vainqueur dela Ligue des champions en 2019 s'est affirmé comme un des joueurs essentiels pour l'acquisi- tion du titre attendu par Liverpool depuis trente ans. Co-meilleur buteur de la Premier League la saison passée avec 22 réalisa- tions, le Sénégalais totalise ac- tuellement 15 buts et 7 passes dé- cisives. Publicité Lors des rencontres serrées, Mané a souvent pesé et permis à Liverpool de se défaire de ses adversaires en inscrivant le but de la victoire comme face à Aston Villa (2-1), Wolverhampton (1-0), Norwich (0-1), West Ham (3-2) ou encore Bournemouth (2-1). Le Lion de la Téranga, quatrième du dernier Ballon d'Or, avait égale- ment provoqué des penalties dé- cisifs contre Leicester (2-1) et Tottenham (2-1). NewsletterRecevez toute l'ac- tualité internationale directement dans votre boite mail Je m'abonne Le Sénégalais, désigné Meilleur joueur africain par la CAF pour 2019, est désormais une des figures majeures du Cham- pionnat anglais. L'international algérien Riyad Mahrez, estime que l'ailier des Reds, mérite le ti- tre de joueur de la saison en Pre- mier League. " Il est efficace. Il marque des buts, comme (Mohamed) Salah. Quand il était à Southampton, il était bon, mais il n'était pas aussi bon que main- tenant. Il s'est beaucoup amé- lioré techniquement et devant le but. Alors oui, je pense que cette année, ça devrait être lui ", indi- que avec fair-play le joueur de Manchester City dans une vidéo. Incontournable Mohamed Salah On ne présente plus Mohamed Salah, icône du foot égyptien, élu Meilleur joueur africain à deux reprises, buteur hors pair. Cette saison, pour deux uni- tés, il est pour le moment le meilleur buteur des Reds avec 17 réalisations devant son coéquipier sénégalais. Il s'est aussi fendu de 7 passes décisives. Le Meilleur buteur du championnat d'Angle- terre 2018-2019 avec 22 buts, to- talise 71 réalisations en 101 mat- ches de Premier League sous le maillot rouge. Une régularité à la hauteur de son talent. Tout le monde connait désormais son fa- buleux pied gauche. " Depuis que je suis arrivé ici, j'ai dit que je voulais gagner la Pre- mier League. La ville ne l'a pas gagnée depuis longtemps. L'année dernière, nous avons eu une chance, mais Manchester City a aussi très bien joué et l'a mérité. Il est temps pour nous de gagner la ligue ", avait déclaré le Pharaon avant la rencontre de Manchester City face à Chelsea. Lors de la ré- cente rencontre de Premier League qui a opposé les Reds de Liverpool à Crystal Palace (4-0), Mohamed Salah a égalé un record de Cristiano Ronaldo. L'internatio- nal égyptien a marqué 47 buts à domicile en Premier League et égale donc le record du Portugais, qui avait aussi marqué 47 buts à Old Trafford en Premier League avec Manchester United. Sadio Mané était arrivé en 2016 à Liverpool en provenance de Southampton. Mohamed Salah en 2017 après avoir quitté la Serie A et l'AS Rome.


01 02 03 04 05 06